Publications > Afrique - Changements ... > Les catastrophes natur ...

Afrique - Changements climatiques

Les catastrophes naturelles affectent la plupart du territoire africain

Les catastrophes naturelles sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus fréquentes, et affectent la plupart des pays d’Afrique.

Sécheresses et inondations ont des conséquences graves sur la sécurité alimentaire et hydrique en Afrique. On sait que les sécheresses et les inondations passées liées à ENSO ont énormément coûté humainement et économiquement à l’Afrique orientale et australe. En 1998, les inondations d’Afrique orientale liées à ENSO ont causé des souffrances et des pertes humaines, et provoqué d’importants dommages sur l’infrastructure et les récoltes du Kenya (Magadza, 2000). Les inondations au Mozambique en 2000 et en 1997-1998 au Kenya ont requis une aide d’urgence conséquente : des centaines de personnes ont trouvé la mort et des milliers d’autres se sont vu obligées de quitter leurs foyers (Brickett et al., 1999 ; Ngecu et Mathu, 1999 ; voir également www.reliefweb.int). Le coût pour le seul Kenya est estimé
à 1 milliard de dollars américains (Ngecu et Mathu, 1999).

En raison de leur composition faite de plusieurs ressources naturelles – telles que le poisson et des sols alluviaux arables – les marécages et les plaines d’inondations sont fréquemment hôtes d’habitations rurales denses mais aussi de quartiers urbains : ainsi à N’djamena près du lac Tchad ou dans les zones côtières du centre et du sud du Mozambique. Les inondations d’Afrique orientale en 1998 et celles du Mozambique début 2000 et 2001 ont causé d’importants dommages aux habitations ainsi qu’à l’infrastructure. Routes et réseau ferré ont été largement détruits. Les communications entre les zones habitées du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda ou de la Tanzanie ont longuement été interrompues, empêchant toute circulation de biens et de personnes dans la région (Magadza, 2000).