Introduction

Bakary Kante
Directeur,
Division de l'élaboration des politiques et du droit
Programme des Nations Unies pour l'environnement

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement et son centre associé, GRID-Arendal, ont le plaisir de présenter les "Graphiques des changements climatiques vitaux pour l'Afrique" au titre des efforts spéciaux visant à offrir une information scientifique pouvant être facilement comprise par tous les décideurs politiques en Afrique.

Cet ensemble de 25 graphiques est axé sur les défis particuliers auxquels l'Afrique se trouve confrontée dans le contexte des changements climatiques attendus à long terme. Le dernier rapport (troisième Rapport d'évaluation) du Groupe de travail intergouvernemental PNUE/OMM sur les changements climatiques (IPCC) fait état d'un réchauffement d'environ 0,7°C pour pratiquement tout le continent africain au cours du XXème siècle, selon les données recensées sur toute la période. Tandis que la nature exacte des changements de température ou de niveaux de précipitations et des manifestations extrêmes n'est pas connue, on s'accorde à penser que les manifestations extrêmes iront en s'aggravant et que les tendances de la plupart des variables changeront en réponse au réchauffement. D'ici la fin du siècle, il est prévu que la température moyenne au sol augmentera de 1,5°C à 6°C sur l'ensemble de la planète. Le niveau des mers devrait, quant à lui, s'élever de 15 à 95 centimètres.

Le réchauffement prévu sera le plus important à l'intérieur et dans les franges semi-arides du Sahara ainsi qu'au coeur de l'Afrique australe. Les graphiques indiquent que l'élévation de la température en Afrique fait partie d'une élévation globale et que les impacts négatifs y compris les extrêmes seront répartis sur les différents types d'environnement, ce qui implique des risques considérables pour une énorme partie du continent. Ces graphiques montrent également la sévérité des impacts dans des domaines cruciaux pour l'Afrique comme l'eau, la santé et l'alimentation.

La répartition très inégale des réseaux d'observation constitue un obstacle à une meilleure compréhension du climat local en Afrique et rend plus difficiles les prévisions de changements climatiques aux niveaux sous-régional et local. Pour le Réseau mondial de système d'observation du climat (GSN) en Afrique, seulement 26% des 155 stations de GSN ont fourni plus de la moitié des rapports demandés pour l'année 2000.

D'autre part, on observe un assez bon niveau de connaissances locales pour faire face à la variabilité des climats en Afrique. On note de plus, un intérêt croissant pour l'application des stratégies locales au climat actuel et aux conditions extrêmes afin de constituer des capacités d'adaptation aux changements climatiques à venir. L'étude des changements climatiques à l'échelle locale va permettre de renforcer considérablement les efforts de l'Afrique en direction du développement durable.

Pour cela, il est essentiel d'examiner et de renforcer les capacités d'adaptation des communautés et des pays particulièrement vulnérables aux changements climatiques. Dans le dernier (troisième) rapport d'évaluation de l'IPCC, il est précisé que " les capacités d'adaptation pour faire face aux risques climatiques sont étroitement liées au développement durable et à l'équité. Le renforcement des capacités d'adaptation est essentiel au développement durable ".

J'espère que cet ensemble de " Graphiques des changements climatiques vitaux pour l'Afrique ", élaboré sur la base du troisième Rapport d'évaluation de l'IPCC et de la documentation analysée par les experts, pourra faciliter la discussion et le partage des connaissances sur le continent, et ainsi renforcer les capacités d'adaptation de la société.

La précédente diffusion au niveau mondial de tels graphiques, illustrant les grandes questions, a rencontré un succès important. Cet ensemble suit le même schéma et se fonde sur des exemples et des applications qui sont propres à l'Afrique. Il est à souhaiter que les gens de toutes les parties du continent africains y trouveront un sens et qu'ils participeront en apportant des informations et des connaissances sur le changement climatique et ses impacts.

Je saisis cette opportunité pour remercier en particulier au nom du PNUE, le Dr Paul Desanker, pour avoir dirigé l'équipe technique et pour l'information précieuse qu'il a apportée dans l'élaboration de ces graphiques. Sans sa contribution, cette publication n'aurait pas été possible. Nos remerciements vont aussi à M. Svein Tveitdal et à M. Åke Bjorke de GRID-Arendal pour avoir réalisé ces graphiques dans des délais très courts. Ces graphiques font partie d'un ensemble conçu par GRID-Arendal pour traduire l'information scientifique complexe en documents visuels plus faciles à comprendre. Des informations générales sur ces graphiques peuvent être consultées sur les sites web suivants : http://www.ipcc.ch et http://climatechange.unep.net.

Nairobi
2 août 2002
Bakary Kante
Directeur,
Division de l'élaboration des politiques et du droit
Programme des Nations Unies pour l'environnement

< Previous  |   Next >