Climate Change 2001:
Synthesis Report
Other reports in this collection
   
2.1

Cette réponse porte essentiellement sur les mesures classiques du climat (à savoir températures, précipitations, niveau de la mer, et phénomènes extrêmes, y compris inondations, sécheresses et tempêtes), sur d'autres composants du système climatique de la terre (gaz à effet de serre et aérosols, écosystèmes, par exemple), et sur la santé et les secteurs socio-économiques. Selon la définition du GIEC, on entend par changements climatiques une variation statistiquement significative pendant de longues périodes, généralement pendant des décennies ou plus. Ces changements incluent des variations de la fréquence et de l'ampleur des phénomènes climatiques sporadiques, ainsi que l'augmentation lente et continue de la température moyenne mondiale à la surface. Par conséquent, la présente discussion inclut des variations climatiques-météorologiques sur toutes les échelles temporelles et spatiales, depuis des tempêtes violentes de courte durée jusqu'aux phénomènes El Niño, des sécheresses décennales, et des variations des températures et de la couverture de glace sur des centaines d'années. Bien qu'en règle générale les variations climatiques à court terme soient considérées comme naturelles actuellement, la présente question examine leurs incidences car elles représentent un type de changements susceptibles de devenir plus prédominants dans un monde futur au climat perturbé par les activités humaines (voir Question 4). L'attribution est ici un processus utilisé pour déterminer les causes les plus probables des changements détectés avec un degré de confiance défini. La présente discussion examine les changements climatiques attribuables à l'influence humaine et les changements qui peuvent être naturels actuellement mais qui sont susceptibles d'être modifiés par l'influence humaine à l'avenir (voir Encadré 3-1).

 

2.2

De toute évidence, le climat de la terre a évolué à l'échelle régionale et mondiale depuis l'époque préindustrielle, et certains aspects de cette évolution sont imputables aux activités humaines.

 

2.3

Les émissions de gaz à effet de serre et d'aérosols dues aux activités humaines continuent de modifier l'atmosphère d'une manière qui influera probablement sur le climat (voir Tableau 2-1).

 
2.4

Les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre et leur forçage radiatif ont généralement augmenté au cours du XXe siècle en raison des activités humaines. Au cours des années 1990, pratiquement tous les gaz à effet de serre ont atteint leurs niveaux les plus hauts jamais enregistrés et ces niveaux continuent d'augmenter (voir Figure 2-1). Les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) atmosphériques ont varié considérablement pendant les cycles glaciairesinterglaciaires au cours des 420 000 dernières années, mais même les valeurs maximales de ces niveaux antérieurs sont largement inférieures aux concentrations atmosphériques actuelles. En termes de forçage radiatif par les gaz à effet de serre résultant des activités humaines, le CO2 et le CH4 sont le premier et deuxième par ordre d'importance respectivement. De 1750 à 2000, les concentrations de CO2 ont augmenté de 31±4 %, et celles de CH4 de 151±25 % (voir Encadré 2-1 et Figure 2-1) ; ces taux d'augmentation sont sans précédent. En moyenne, les émissions dues à la combustion de combustibles fossiles ont été de 5,4 Gt C an-1 au cours des années 1980, et ont atteint 6,3 Gt C an-1 au cours des années 1990. Les trois quarts environ de l'augmentation du CO2 atmosphérique au cours des années 1990 ont été dus à la combustion de combustibles fossiles, le reste étant la conséquence du changement d'affectation des terres, notamment du déboisement. Au cours du XIXe et d'une grande partie du XXe siècle, la biosphère terrestre a été une source nette de CO2 atmosphérique, mais est devenue un puits net avant la fin du XXe siècle. L'augmentation des concentrations de CH4 peut être liée aux émissions résultant de l'utilisation de l'énergie, de l'élevage, de la culture de riz et des décharges. Les augmentations des concentrations d'autres gaz à effet de serre - en particulier de l'ozone troposphérique (O3), troisième par ordre d'importance - sont directement attribuables à la combustion de combustibles fossiles ainsi qu'à d'autres émissions industrielles et agricoles.


GTI TRE Chapitres 3 & 4, & SRAGA
Encadré 2-1: Indications de confiance et de probabilité.

Dans certains cas, les auteurs du Troisième rapport d'évaluation ont attribué des niveaux de confiance représentant leur jugement collectif quant à la validité d'une conclusion basée sur des observations, des résultats de modélisation et des théories étudiées. Les termes suivants ont été utilisés dans le texte du Rapport de synthèse au TRE au sujet des observations du GTI : pratiquement certain (plus de 99 % de probabilité qu'un résultat soit vrai) ; très probable (90 à 99 % de probabilité) ; probable (66 à 90 % de probabilité) ; moyennement probable (33 à 66 % de probabilité) ; peu probable (10 à 33 % de probabilité) ; très peu probable (1 à 10 % de probabilité) ; et extrêmement peu probable (moins de 1 % de probabilité).Une fourchette d'incertitude explicite (±) est une fourchette probable. Les estimations de confiance concernant les résultats du GTII sont les suivantes : très élevée (95 % ou plus), élevée (67 à 95 %), moyenne (33 à 67 %), faible (5 à 33 %) et très faible (5 % ou moins). Aucun niveau de confiance n'a été attribué dans le GTIII.

GTI TRE SPM & GTII
TRE SPM


Other reports in this collection