AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives

LES SCENARIOS ET LEURS IMPLICATIONS ENVIRONNEMENTALES

SCENARIO FORCES DU MARCHÉ

Introduction

Le scénario Forces du marché suppose que le développement mondial évolue sans discontinuités, changements de valeurs ou autres ruptures structurelles majeures par rapport à son état tel qu’il existait à la fin du XXème siècle. Toutefois, dans ce scénario, le monde devient de plus en plus intégré, à la fois économiquement et culturellement. La mondialisation des marchés des biens et de la main-d’œuvre se poursuit à vive allure, dopée par les accords de libre-échange, la déréglementation des flux de capitaux et financiers, et les technologies de l’information. Diverses initiatives importantes ouvrent la voie. L’Organisation mondiale du commerce (OMC) fixe le cadre légal du système commercial mondial. Les obstacles au commerce et aux mouvements de capitaux s’effacent progressivement, tandis que le protectionnisme se voit relégué au passé. De nouveaux instruments institutionnels stimulent l’ouverture des marchés et la concurrence mondiale. Pratiquement tous les gouvernements nationaux mettent en œuvre un train de mesures d’ajustement, dont : la modernisation des systèmes financiers, l’investissement dans l’éducation afin de forger une main-d’œuvre qui soit compétitive sur le marché mondial naissant, la privatisation, la réduction des filets de protection sociale et la confiance généralisée envers les approches fondées sur le marché.

Dans le contexte de l’Afrique, le scénario Forces du marché part de l’hypothèse que les pays africains adopteront, volontairement ou de toute autre manière, la série de réformes politiques prônées par la BM et le FMI depuis la fin des années1980. Ces réformes visent à améliorer les performances des pays en développement en les encourageant à restructurer leurs économies par le biais d’une combinaison de politiques fiscales et monétaires rigoureuses. L’objectif consiste à limiter les déficits budgétaires, à permettre aux marchés de déterminer euxmêmes les taux d’intérêt, à encourager le libre-échange et la libre circulation des capitaux, ainsi qu’à autoriser des investissements étrangers directs et sans encombres. Ces réformes incluent également : la privatisation des entreprises d’Etat, l’extension et la consolidation du droit à la propriété privée, une mutation des dépenses publiques afin de les éloigner des subventions et de l’administration et de les axer sur le développement des infrastructures et enfin le soutien aux secteurs de l’économie—notamment les services médicaux primaires et l’éducation—susceptibles de générer au final de plus fortes retombées économiques et une distribution plus équitable des revenus. D’un point de vue commercial, les principaux résultats de cette stratégie sont : l’intégration à l’échelon mondial des marchés des matières premières, l’ouverture des marchés des capitaux, une plus forte mobilité des marchés de la main-d’œuvre et l’application de normes et réglementations mondiales.

Les hypothèses du scénario Forces du marché peuvent se résumer comme suit :