AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives

EAU DOUCE

Le manque de disponibilité et la qualité insuffisante de l’eau douce représentent les deux entraves principales au développement de l’Afrique car elles limitent la production alimentaire et les activités industrielles et jouent un rôle majeur dans le fardeau des maladies.

Click to enlarge
Figure 2s.5 Problèmes d’eau douce

Western and Central African countries have relatively abundant freshwater resources and fairly predictable rainfall. However, the distribution of human populations in these countries is such that the various user groups nevertheless experience difficulties and disparities in access to water resources. For example, the rural poor have to walk long distances to collect water for domestic consumption whereas agricultural and industrial users have access to subsidized resources.

Les pays d’Afrique occidentale et centrale possèdent des ressources en eau douce relativement abondantes et des précipitations assez prévisibles. Toutefois, la répartition des populations humaines dans ces pays est telle que de nombreux groupes d’utilisateurs enregistrent malgré tout des difficultés et sont victimes d’inégalités pour accéder aux ressources en eau. Par exemple, les habitants pauvres des zones rurales doivent parcourir de longues distances pour obtenir de l’eau en vue de leur consommation domestique, tandis que les utilisateurs agricoles et industriels ont accès à des ressources subventionnées.

La plupart des autres pays, en particulier ceux d’Afrique du Nord, de la Corne de l’Afrique et du Sahel, doivent faire face à une grande variabilité et imprévisibilité des précipitations ainsi qu’à de fréquentes sécheresses. Les différents groupes d’utilisateurs sont inégaux en matière d’accès aux ressources en eau et ce sont les pays d’Afrique australe qui affichent la plus grande disparité à la fois en termes d’accès et de consommation.

Presque tous les pays africains enregistrent des problèmes de qualité de l’eau et se battent pour améliorer leurs installations de traitement des eaux et leurs stations d’épuration des eaux usées. Actuellement, de grandes quantités d’eaux usées industrielles et domestiques sont déversées, sans traitement préalable dans les cours d’eau et les eaux côtières ; cette situation engendre une pollution qui présente des risques pour la vie humaine et aquatique. La pollution de l’eau douce aggrave également les problèmes existants de disponibilité en eau en raison de l’augmentation des coûts de traitement et d’approvisionnement.

La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) est une approche nouvelle rassemblant plusieurs parties prenantes pour faire face aux défis de l’approvisionnement en eau. Elle restreint la demande de certains groupes d’utilisateurs et encourage la réutilisation et le recyclage, ainsi que la gestion des écosystèmes aquatiques, et tient compte des exigences environnementales en matière d’eau. Même s’il existe une véritable prise de conscience de la nécessité d’adopter une telle approche dans les pays africains et des avantages qui en découlent, la mise en œuvre ne sera efficace que si elle est soutenue par des moyens financiers suffisants, du personnel qualifié et des installations adéquates. La coordination entre les départements gouvernementaux responsables de l’utilisation et de l’approvisionnement en eau doit être rapprochée de l’objectif commun recherchant l’utilisation durable des ressources. La figure 2s.5 illustre les principaux problèmes relatifs à l’eau douce en Afrique.