AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives

CONCLUDING SUMMARY

ATMOSPHERE

L’Afrique est particulièrement exposée à la variabilité du climat et aux changements climatiques. La variabilité du climat correspond aux variations saisonnières et annuelles des températures et des précipitations ainsi qu’à leur répartition tant à l’intérieur d’un pays donné qu’entre les différents pays. Les changements climatiques font référence aux évolutions à long terme des modèles climatiques mondiaux du fait d’une modification de la composition de l’atmosphère provoquée par les émissions de gaz à effet de serre.

Click to enlarge

Figure 2s.1 Problèmes liés à l’atmosphère

Le climat de l’Afrique se caractérise par une variabilité considérable et des événements climatiques extrêmes tels que sécheresses, inondations et cyclones. Ceux-ci ont des conséquences particulièrement graves pour l’Afrique en raison des difficultés qu’il y a à prédire leur survenue et à en atténuer les effets dans la région. De plus, de nombreux pays africains ne disposent pas des ressources financières nécessaires pour se remettre dans de bonnes conditions et à temps avant le prochain événement climatique. Les pays de la Corne de l’Afrique et du Sahel sont particulièrement exposés à la sécheresse, tandis que ceux d’Afrique occidentale et centrale connaissent fréquemment des inondations. Enfin, des cyclones se produisent souvent dans les îles de l’ouest de l’océan Indien.

Les changements climatiques sont susceptibles d’accroître la fréquence et la gravité des inondations et des sécheresses dans les zones connaissant déjà une variabilité des précipitations. Parmi les autres préoccupations figurent le risque accru de désertification de l’Afrique du Nord et de la limite sud du Sahel, ainsi que la disponibilité réduite en eau douce en Afrique australe, qui se traduit par une sécurité alimentaire réduite et par la propagation de maladies infectieuses (notamment le paludisme) à de nouvelles zones. Les îles et les zones côtières à basse altitude de l’Afrique centrale et occidentale sont les régions les plus vulnérables face à l’élévation du niveau des mers causée par les changements climatiques.

La décoloration des coraux résultant de l’augmentation de la température des eaux constitue la menace la plus importante pour les îles de l’ouest de l’océan Indien et pour les côtes des pays d’Afrique orientale. La part de l’Afrique dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre est négligeable, à l’exception de celles provenant d’Afrique du Sud et des pays d’Afrique du Nord, qui totalisent la majorité des émissions de gaz à effet de serre pour l’Afrique. Toutefois, des activités telles que la déforestation, un aménagement inadapté du littoral et une médiocre gestion des terres contribuent à aggraver les conséquences possibles des changements climatiques dans toute la région, à savoir la sécheresse, la désertification, les inondations et l’élévation du niveau des mers.

La mauvaise qualité de l’air est également une source de préoccupation nouvelle dans plusieurs pays africains, en particulier dans les pays les plus urbanisés et industrialisés. Dans les grandes villes, les populations sont exposées aux infections respiratoires provoquées par les émissions des industries et des véhicules, ainsi qu’aux risques (aussi bien dans les zones urbaines que rurales) liés à l’utilisation de bois, de charbon, de pétrole, de paraffine et d’autres combustibles employés pour la consommation domestique, qui créent des conditions insalubres dans les foyers. Une action urgente est nécessaire pour trouver de nouvelles sources d’énergie pour l’Afrique, qui soient à la fois propres et renouvelables.

Cela permettrait d’éviter l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et d’enrayer la déforestation généralisée. Le Protocole de Kyoto prévoit des sources de financement à cet égard. La figure 2s.1 montre les principaux problèmes liés à l’atmosphère en Afrique..