AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives

AFRIQUE DU NORD

Click to enlarge

Terre desséchée, Tunisie

Yvette Tavernier/Still Pictures

La sous-région d’Afrique du Nord est dotée d’un climat aride et les espaces désertiques ou semi-désertiques dominent. Forêts et zones boisées sont donc peu courantes dans la plupart des six pays qui composent la sous-région, à l’exception du littoral des pays méditerranéens de l’Ouest, des montagnes de l’Atlas et de la zone tropicale qui traverse en partie le Soudan. On trouve également quelques mangroves le long du littoral de la mer Rouge. La superficie totale de forêts et zones boisées d’Afrique du Nord est estimée à 68 millions d’hectares, soit 8 pour cent de la superficie totale, et environ 10 pour cent des forêts d’Afrique (FAO, 2001a). Bien que, dans certains pays, le couvert forestier ait augmenté au cours des 30 dernières années (du fait de l’établissement de plantations forestières), le principal sujet d’inquiétude dans la région reste la disparition et la dégradation des forêts et zones boisées naturelles.

VALEUR ECOLOGIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIALE DES FORÊTS ET ZONES BOISEES D’AFRIQUE DU NORD

Les types de végétation ligneuse non forestière en Afrique du Nord comprennent les bosquets d’arbres, d’arbrisseaux et de buissons de type forestier, présents dans les dépressions et les oueds (zones humides) sablonneux. Au sommet des hautes montagnes du littoral et de l’intérieur poussent de nombreuses plantes ligneuses. Les roseaux hydrophiles se trouvent dans les zones humides et des arbres sont plantés comme coupe-vent ou haies autour des fermes, le long des routes et des canaux, et constituent une ressource de type forestier supplémentaire dans la région. Toutes les zones boisées, bien que n’étant pas prises en compte dans les chiffres de superficie forestière, sont importantes en termes de produits forestiers, de pâturage et de contrôle de la désertification du fait de la stabilisation des sols et de la régulation des systèmes hydrologiques (OADA, 1998 ; Hegazy, 1999). Aucune production commerciale de bois d’œuvre de grande envergure n’est pratiquée ou prévue dans la sous-région, bien que de petites plantations existent. La population locale utilise plus des deux-tiers des plantes forestières à des fins alimentaires et médicinales, pour la construction, la production d’énergie et l’élevage du bétail, et l’on sait que 35 pour cent des plantes sont à usages multiples, c’est-à-dire qu’elles servent à plus d’une application (FAO, 1999 ; UNESCO/UCO, 1998). Dans la plupart des pays de la région, la contribution forestière au PIB est faible. Le Soudan est le seul pays de la sous-région où le secteur forestier contribue de manière significative au PIB—à hauteur de 13 pour cent. La production de bois industriel est très limitée, les deux-tiers de la demande sous-régionale en bois rond industriel et en produits ligneux transformés étant satisfaite par des importations. (FAO, 1999).