AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives
Click to enlarge

Les mangroves servent de zones de reproduction pour les poissons, les coquillages et les crustacés et fournissent des ressources pour la construction, le tissage et l’alimentation. Elles offrent également une protection contre l’érosion côtière et l’intrusion de l’eau salée.

Dominique Halleux /Still Pictures

ILES DE L’OUEST DE L’OCEAN INDIEN

Les petites îles océaniques, telles que celles de l’ouest de l’océan Indien, connaissent des problèmes de contrôle et de régulation des activités dans leur ZEE assez étendue. Ils sont donc vulnérables face à une surexploitation de leurs ressources marines, particulièrement en ce qui concerne la pêche en eaux profondes. En outre, les sources de pollution terrestres et marines, associées à la croissance démographique rapide sur la côte, ainsi qu’au développement du tourisme et du transport du pétrole par voie maritime, constituent une menace supplémentaire pour l’état des environnements côtiers et marins.

Les îles de l’ouest de l’océan Indien connaissent également des taux d’érosion du littoral de plus en plus élevés en raison de problèmes de planification et de développement en zone côtière, ce qui multiplie leur vulnérabilité à l’élévation du niveau de la mer liée aux changements climatiques qui menace d’inonder de vastes zones de terre et de déplacer d’importantes populations. L’élévation des températures marines dans l’ouest de l’océan Indien, également liée aux changements climatiques mondiaux, risque de mettre à mal la richesse biologique exceptionnelle des récifs coralliens, très importants d’un point de vue économique.

VALEUR ECONOMIQUE, SOCIALE ET ECOLOGIQUE DES ENVIRONNEMENTS COTIERS ET MARINS DES ILES DE L’OUEST DE L’OCEAN INDIEN

Les îles océaniques des Comores, de Madagascar, Maurice et des Seychelles ont évolué à l’écart de la région et n’ont été colonisées par l’homme que relativement récemment. Elles sont donc uniques en termes de caractéristiques physiques et de communautés biologiques. Parmi les récifs coralliens frangeants et autres récifs qui entourent ces îles figurent l’atoll Aldabra (Seychelles), l’un des récifs les plus spectaculaires du monde, classé au patrimoine mondial.

Ces îles connaissent toute une industrie du tourisme bien développée, qui constitue une importante source de revenus et de devises. Le tourisme côtier, par exemple, constitue la base de l’économie des Seychelles. Il représente en effet 46 à 55 pour cent du PIB, 70 pour cent des devises récoltées et 20 pour cent de l’emploi de la population (Institut océanographique international, 2001).

Ces îles abritent également d’importants herbiers et mangroves, des lagunes, ainsi que de nombreuses espècesde poissons et de fruits de mer. Ces ressources sont principalement exploitées par des pêcheurs artisanaux, puisqu’environ 90 pour cent de la pêche est effectuée par de petits exploitants (Institut océanographique international, 2001). La majorité des poissons pêchés dans les îles de l’ouest de l’océan Indien le sont dans les eaux côtières, les mollusques, les crevettes et les homards étant très importants du point de vue économique et de l’alimentation locale. Maurice et les Seychelles exploitent également le thon d’une manière plus commerciale, et la pêche à la crevette, dont l’exportation revêt un fort potentiel d’apport de devises, se développe à Madagascar.