AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives
Click to enlarge

Mococos, Madagascar

M&C Denis-Huot/Still Pictures

ILES DE L’OUEST DE L’OCEAN INDIEN

La préservation de la biodiversité dans les îles océaniques est d’autant plus importante que ces îles abritent près d’un sixième de l’ensemble des espèces végétales et qu’une espèce végétale menacée de disparition sur trois est endémique à ces îles. Les îles de l’ouest de l’océan Indien, inhabitées jusqu’aux XVIème et XVIIème siècles, constituent un exemple typique du développement d’une faune et d’une flore terrestres à l’écart de l’intervention humaine et de l’introduction d’espèces étrangères souvent associées à la présence de l’homme. Madagascar compte le plus grand nombre d’espèces endémiques de la région et se classe au sixième rang mondial. Près de 8 000 des 9 500 espèces de végétaux supérieurs et plus de la moitié des espèces de vertébrés qui peuplent l’île sont endémiques ou sont réputées l’être (PNUE, 1999). Environ 50 pour cent des amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères et végétaux supérieurs de Maurice sont endémiques à l’île. Les Seychelles présentent un taux d’endémisme amphibien plus élevé que n’importe quelle autre île au monde (11 des 12 espèces des Seychelles n’existent nulle part ailleurs) (CMSC, 1992).

VALEUR ECOLOGIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIALE DES RESSOURCES BIOLOGIQUES DES ILES DE L’OUEST DE L’OCEAN INDIEN

L’extraordinaire diversité biologique des îles de l’ouest de l’océan Indien offre non seulement des conditions écologiques uniques, mais constitue en outre une source précieuse de matières premières exploitables localement et commercialement. De nombreuses espèces végétales servent de base à l’alimentation, à la construction, à l’habillement et à la construction de refuges tout en étant utilisées pour leurs vertus médicinales. Plusieurs espèces végétales font l’objet de recherches en vue de leur exploitation commerciale ou pharmaceutique. A titre d’exemple, des études sont menées en vue de la production commerciale de café naturellement décaféiné à partir de caféiers autochtones (GOM/ERM, 1998).

De réputation internationale, les récifs coralliens de ces îles constituent une manne importante pour un secteur touristique en plein essor, ainsi que pour la pêche de subsistance et de rendement. On dénombre en outre dix espèces de mangroves qui contribuent à la stabilisation de la zone côtière, en offrant des frayères et des zones de reproduction à de nombreuses espèces de poissons, en réduisant les impacts des orages et en offrant des ressources exploitables dans le bâtiment, le tissage et le secteur alimentaire.