AFRICA ENVIRONMENT OUTLOOK
Past, present and future perspectives

PREFACE

Le tout premier rapport sur l’Avenir de l’environnement en Afrique marque une étape importante dans la collaboration entre le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et la Conférence des ministres africains de l'environnement (CMAE). Il doit servir de référence pour promouvoir l’environnement et aider l’Afrique dans sa recherche du développement durable. Il est évident que la pauvreté est inextricablement liée à l’environnement et des actions visant à protéger l’environnement doivent donc être adoptées. Sinon, le poison de la pauvreté continuera à ravager le continent.

L’Afrique est confrontée à plusieurs défis cruciaux. L’environnement ne cesse de se détériorer, les inégalités sociales et économiques s’accentuent et la mondialisation déferle sur la planète, laissant l’Afrique loin derrière. Les changements rapides touchant l’économie mondiale, les modèles de consommation, la population et les prévisions démographiques ont un impact négatif sur l’environnement.

Sans développement durable, il est impossible de résoudre les problèmes. Il ne suffit pas d’affirmer que nous avons un plan de conservation de la nature et des ressources naturelles. Nous devons également tenir compte de l’impact des modifications de l’environnement sur les populations. Les êtres humains obligés de lutter pour survivre sont les plus vulnérables face aux changements environnementaux et ils souffrent davantage de leurs effets. Nous devons donner à ces personnes une chance e mener une vie meilleure.

D’importantes consultations avec des experts africains et des institutions collaborantes pendant le processus de l’AEO ont conclu que les problèmes de l’Afrique exigeaient une nouvelle forme de réflexion. Il existe un besoin urgent que toutes les parties prenantes, en Afrique et dans le monde, agissent avec cohérence face aux problèmes.


L’AEO constitue un outil exceptionnel fournissant une analyse sur l’état de l’environnement au cours des 30 dernières années, sur les forces agissantes derrière les modifications de l’environnement et leurs conséquences sur le développement économique et social. Ces répercussions sont présentées en termes d’impact sur les écosystèmes ainsi que de vulnérabilité des hommes face aux inondations, à la sécheresse, aux tremblements de terre, aux parasites et aux maladies. Les liens entre les changements environnementaux et la pauvreté sont mis en évidence et des domaines d’intervention pertinents identifiés. Les méthodes d’évaluation de l’AEO s’inspirent de l’élaboration du rapport sur l’Avenir de l’environnement mondial (GEO, Global Environment Outlook) du PNUE. Elles reposent sur des données, des informations et des méthodes scientifiques fiables, ainsi que sur des contributions effectuées par toutes les parties prenantes afin d’identifier les thèmes prioritaires.

L’Afrique est un continent possédant d’abondantes richesses naturelles, une grande biodiversité et d’immenses paysages intacts. Ces atouts doivent être valorisés et protégés afin que chacun puisse en profiter. Les décisions prises aujourd’hui et demain vont définir le type d’environnement dont les générations actuelles et futures vont bénéficier. En se fondant sur l’analyse du passé, l’AEO souligne toute une série d’approches politiques pour l’avenir, qui conduisent à différentes possibilités pour les 30 prochaines années. Ce rapport sur l’Avenir de l’environnement en Afrique s’achève par des recommandations concernant la voie à suivre par l’Afrique.

En conséquence, l’AEO représente un outil important que les décideurs africains doivent utiliser pour évaluer les problèmes environnementaux urgents auxquels la région est confrontée. Les informations contenues dans le rapport peuvent constituer une base solide pour les discussions du Sommet mondial sur le développement durable. Je suis convaincu que nombreux sont ceux qui, parmi vous, trouveront ce rapport utile pour préparer le sommet et l’avenir. J’espère qu’il sera une source d’inspiration pour tous ses lecteurs et qu’il les encouragera à s’impliquer davantage en faveur de la protection de l’environnement en Afrique.

 


Klaus Töpfer
Secrétaire général adjoint des Nations Unies et
Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnemen
t